La maîtrise de soi quand on joue au poker sur internet
Jouer au poker sur internet

Les stratégies du Poker sur internet - Joueur expérimenté


Stratégies Générales

A / INCITER AU BLUFF :

La capacité à inciter au bluff est un indicateur du niveau d'expertise d'un joueur. Cela témoigne d'une bonne maîtrise de la capacité à inciter au bluff. Cela témoigne aussi d'une bonne maîtrise de différents paramètres : la faculté à deviner que l'adversaire a une main plus faible que la sienne ainsi que la connaissance de son adversaire ( il faut estimer avec précision la probabilité que le joueur tente un bluff ).
Inciter au bluff nécessite souvent de slow-player pour faire croire à une faiblesse. Dès lors, il est également nécessaire d'être capable de calculer avec précision le degré de dangereusité du tableau pour estimer si donner une carte gratuite est trop risqué.

Conseils pour limiter les risques :

Si inciter au bluff est un bon moyen de rentabiliser certaines situations, un certain nombre de conditions doivent être réunies.

• Vous ne devez vous retrouver que face à peu d'adversaires. D'une part parceque plus il y a de joueurs, plus le risque que l'un d'entre eux améliore sa main à la prochaine carte est grand. D'autre part parceque plus le nombre de joueurs est élevé, moins vos adversaires tenteront de bluffer.

• Ensuite, il faut que votre adversaire soit capable de bluffer. Un adversaire passif avec un rhytme de relance très faible ne risque pas de vous relancer. Par contre, un joueur agressif pourrait s'y risquer.

• Le dernier conseil, sans doute le plus important, est que le tableau ne doit pas être dangereux et laisser un trop grand nombre de possibilités d'améliorations. Si le flop est le suivant : T J 7 avec deux coeurs, la turn risque fort de compléter un tirage couleur, quinte, ou de donner une paire à celui qui aurait deux overcards. Inciter au bluff avec une paire de valet dans ce cas précis, en checkant, est trop risqué.

Un autre atout pour inciter au bluff :

Il est des situations au poker ou, parfois, vous vous retrouvez "le cul entre deux chaises". Particulièrement lorsque vous jouez une main moyenne. Dès lors, inciter au bluff peut vous aider à gagner de l'argent mais aussi à en perdre moins.
Imaginons par exemple que vous jouiez la main As et 4. Le flop arrive : As Valet Deux. Votre adversaire check, vous misez et il vous call. Le turn est une carte quelconque et votre adversaire check, mais vous êtes quand même embarassé : aurait-il un As ? Si oui, son kicker a de fortes chances d'être supérieur au votre et vous auriez la main perdante. Cette situation est idéale pour checker. Ainsi, vous montrez une faiblesse et vous limitez votre investissement dans ce pot risqué.
Dès lors, à la river, si votre adversaire mise et que vous le payez :

- soit vous remportez le coup car il aura tenté de vous bluffer après avoir remarqué votre faiblesse au turn. Vous gagnez une mise supplémentaire car si vous aviez relancé au turn, il se serait sûrement couché.

- soit vous perdez votre mise pour caller à la river - et seulement cette mise - et économisez l'argent que vous n'avez pas investi au turn. De plus, le fait de checker au turn n'a pas fait grossir le pot et la mise de votre adversaire à la river a de fortes chance d'être moins grosse qu'elle ne l'aurait été.

Inciter un adversaire à bluffer présente donc un double avantage, celui de limiter les pertes avec une main difficile à jouer et, en même temps, soutirer de l'argent supplémentaire avec une main gagnante face à un joueur qui n'aurait jamais suivi une relance.
différents paramètres : la faculté à deviner que l'adversaire a une main plus faible que la sienne ainsi que la connaissance de son adversaire ( il faut estimer avec précision la probabilité que le joueur tente un bluff ). Inciter au bluff nécessite souvent de slow-player pour faire croire à une faiblesse. Dès lors, il est également nécessaire d'être capable de calculer avec précision le degré de dangereusité du tableau pour estimer si donner une carte gratuite est trop risqué.

Stratégies en Tournoi de Poker

Passer un deal :

Le deal dans un tournoi de poker est un arrangement entre les joueurs de la table finale. Il vise à répartir plus équitablement l'argent qu'il reste à gagner.
Dans un tournoi classique, le gagnant remporte 40% du prizepool, le deuxième 20% et le troisième 10%. Le premier remporte donc 4 fois plus que le troisième et deux fois plus que le deuxième. Quand on sait que la victoire se joue parfois à un cheuveu, on comprend l'envie des joueurs de passer un deal lorsque les sommes en jeu sont importantes.

les règles à respecter pour faire un deal :

• Chaque joueur doit recevoir un montant supérieur à la dernière place (sauf si une part importante d'argent reste en jeu), sinon, il n'a aucun intérêt à dealer.

• Tous les joueurs doivent être d'accord. Si l'un d'entre eux ( ou plus ) refuse le deal ( et il en a le droit ), le deal n'a pas lieu.

• Il est d'usage de laisser une somme ( 5% minimum en général ) en jeu, afin de respecter la compétition et l'intégrité du tournoi.

• Vérifiez que la salle de poker autorise les deal

Conseils pour réussir un deal dans un tournoi de poker :

• Laissez croire qu'un deal ne nous intéresse pas pour obtenir une prime ou un extra par rapport aux autres joueurs.

• Ne vous laissez pas marcher sur les pieds, même si vous êtes le plus faible à la table. Les cartes que vous recevrez dans les prochains tours sont très importantes, même si vous êtes moins expérimenté que vos adversaires, vous êtes moins désavantagé que vous ne pourriez le penser.

• Si vous êtes le joueur le plus fort, valorisez-vous et exigez plus.

Une technique courante pour réaliser un deal :

cette méthode est couramment utilisée dans les salles de poker.
Chaque joueur reçoit le montant que paye la dernière place ( S'il reste 3 joueurs, et que la 3e place paye 100$, chacun prend déja 100$ ).
Ensuite, on déduit la somme que l'on veut laisser en jeu, et que le gagnant remportera ( 5% minimum ).
Puis, on calcule proportionnellement la quantité de jetons de chaque joueur. Le premier a par exemple 40% du total de jetons, le deuxieme 35% et le troisième 25%.
On répartit l'argent qu'il reste dans le prizepool en fonction de la proportion de jetons de chacun : le premier prend 40% de ce qui reste, le second 35% et le dernier 25%.
Attention, sachez que cette méthode avantage souvent les gros tapis au détriment des short-stack, je vous conseille donc de négocier si vous êtes mal placé.

Stratégies pour Cash Games en Poker

Le jeu loose-agressif :

Le joueur de poker short-handed se doit de maîtriser un jeu plus large. Pour avoir une chance de gagner au poker en employant un jeu loose-agressif, il faut plus que jamais user et abuser de sa position à la table. Certains vous même jusqu'à relancer systématiquement lorsqu'ils sont placés au bouton.
Un bon joueur de poker short-handed relance en moyenne 25% des mains préflop, c'est à dire une main sur 4. Mais cela ne veut pas dire qu'il ne relance pas deux fois de suite. En fait, il aurait tendance à relancer quasi-systématiquement au bouton, très souvent au cut-off, et rarement lorsqu'il est placé dans les blindes.
Seulement, oser relancer un plus grand nombre de mains n'est que le point de départ du jeu loose-agressif en short-handed. Cela ne représente que les fondations d'une construction en plusieurs étages.
La construction d'une stratégie en short-handed peut prendre beaucoup de temps, à moins que quelqu'un ne vous oriente directement vers les point importants à étudier. C'est ce que propose cet article de poker, vous orienter vers des points de réflexions indispensables et vous donner en même temps un point de vue sur le problème.

1er point: Le continuation-bet, savoir quand ne pas l'utiliser.

C'est peut-être le point qui peut le plus influencer votre winrate. Lorsque vous ratez votre flop, ce qui arrive la plupart du temps, encore plus lorsque vous jouez un grand nombre de mains moyennes (ce qui est une caractéristique du style loose-agressif), vous devez avoir une idée de quand réaliser un continuation-bet et de quand passer.
Si l'on décortique le problème, il s'agit de savoir sur quel type de flop et contre qui réaliser un continuation-bet. Si le coup réunit plus de 2 adversaires, cela signifie d'une part que vos relances préflop ne sont pas respectée et d'autre part qu'au moins un joueur a de grandes chances d'avoir touché un jeu. Dans tous les cas, il y a peu de chance que votre continuation bet ne soit pas "au moins" suivi. Un autre élément à prendre en compte est la texture du flop. Si vous vous retrouvez contre un seul adversaire de qualité, qui a sûrement remarqué que vous jouiez loose-agressif, et que le flop est anodin et peu dangereux (du style T 6 4 sans tirage couleur), il pourrait doûter de la crédibilité d'un continuation bet: une forte main sur ce flop incite le slow-play, il le sait et peut vous check-raiser pour vous tester. Tout ça pour vous dire que jouer le flop ou jouer l'adversaire ne suffit pas, vous devez jouer l'adversaire en fonction du flop.

2eme point: Quand un adversaire vous suit, relancez plus fort avec vos fortes mains.

Un adversaire mauvais/moyen qui aura une image loose de vous aura tendance à vous suivre très souvent et trop longtemps là où un bon joueur vous relancerait. Lorsque vous remarquez un joueur de ce type, vous pouvez valoriser vers le haut vos bonnes mains en relançant plus fort. Cependant, si vous n'avez pas grand chose, jouez passivement et profitez des cartes gratuites pour toucher un jeu chanceux ou abandonner le coup.

3eme point: Repérer les moves qu'emploient vos adversaires contre les joueurs loose-agréssifs.

Certains joueurs, lorsqu'ils auront l'avantage de la position sur vous, calleront systématiquement vos relances au flop pour vous relancer si vous checkez le turn. Vous devez repérer ce type d'adversaires et leur envoyer un "double-continuation bet", c'est à dire le relancer au turn après que votre continuation bet soit suivi.
Tous les joueurs de poker, parfois même inconsciemment, utilisent des moves stéréotypés, plus ou moins décelables. Le joueur observateur les mémorise au fur et à mesure des parties et apprend à s'en servir pour augmenter ses gains mais aussi limiter ses pertes.
Si les conseils proposés dans cet article sont discutables, leur principal intérêt est d'éveiller dans votre esprit des axes de réflexion pour améliorer votre stratégie.


 
 
les bases du poker
 L'histoire du poker
 Les tables de poker
 Les types de poker
 Les règles du poker
les stratégies au poker
 Joueur débutant
 Joueur initié
 Joueur confirmé
 Joueur professionnel
Partenaires poker
 Voir plus...
 Devenir notre partenaire
Copyright © 2008 - Poker3w.net - Tous droits réservés.
Les jeux d'argent sur internet sont strictement interdits aux personnes de moins de 18 ans.
Jouer comporte des risques: endettement, dépendance, isolement. Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé).
INTERDICTION VOLONTAIRE DE JEUX
Toute personne souhaitant faire l'objet d'une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l'intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi n° 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.
-